Master
There are no translations available.

Quand les technologies de l’information et de la communication se mettent au service de la santé.

L’Université Montpellier 1, l’Université Montpellier 2, l’École des mines d’Alès et l’Institut Télécom se sont unis pour proposer un bouquet de formations innovant en TIC et santé.

Comment assurer à distance le suivi de patients souffrant de maladies chroniques ? Comment améliorer l’assistance des personnes âgées dépendantes ? Comment optimiser une opération chirurgicale quand le médecin le plus compétent se trouve à des milliers de kilomètres ? Grâce à la télésanté, un secteur de pointe en pleine expansion qui nécessite des professionnels à l’interface des technologies et de la médecine.

Pour former ces professionnels qui assureront la médecine de demain, l’Université Montpellier 1, l’Université Montpellier 2, l’École des mines d’Alès et l’Institut Télécom se sont unis pour proposer un bouquet de formations innovant. L’offre de formation existante composée d’une formation d’ingénieurs, d’une formation doctorale, de deux diplômes d’Universités et d’un diplôme de spécialisation de l’école des Mines d’Alès est complétée cette rentrée 2011 par l’inauguration d’un master qui propose 4 spécialités : bioinformatique et modélisation, physique biomédicale, technologies pour la santé, systèmes d’information et imagerie médicale.

L’offre TIC et santé s’adresse aux étudiants venant aussi bien du monde de l’informatique que de la physique, la biologie, la médecine, la pharmacie ou encore les sciences et techniques des activités physiques et sportives. La formation est également accessible au public formation continue.

Quels débouchés pour les étudiants ? Des emplois dans les secteurs de l’industrie du médicament, de l’équipement médical, des sociétés de services en ingénierie informatique et bien sûr dans les hôpitaux. Une aubaine pour les étudiants qui souhaitent allier leur goût pour la technologie à leur intérêt pour la médecine et des opportunités réelles en termes de carrière puisque la demande dans ce secteur est 2 à 3 fois supérieure au nombre de diplômés.

Partager